…un jeu de société scientifique en TPE

Depuis plusieurs années déjà, la production par mes élèves m’est chère. J’avais par ailleurs rédigé un billet sur la construction de capsule par les élèves, voici donc celui sur les jeux sérieux.

A l’heure de la rentrée et de la sortie des thèmes TPE pour cette rentrée 2018, je me propose de vous présenter le travail que j’ai réalisé avec certains élèves dans ce cadre : qu’ils produisent eux-mêmes leurs jeux !

Depuis toute petite, je joue, je joue avec des amis, la famille (j’ai de la chance d’avoir un frère et un cousin férus de jeux et maintenant des enfants avec qui je peux jouer). Alors pourquoi pas avec mes élèves ? Mais n’est-ce pas plus productif si ce sont eux qui construisent le jeu ?

Le cadre des TPE est idéal : on a le temps, l’espace, le budget et les collègues d’autres matières pour le faire ! Royal !

Ainsi, dans ce cadre, durant l’année scolaire 2015-2016, 3 élèves ont construit un jeu de société : Ebola inspiré du jeu Pandémie, un jeu collaboratif. Voici comment j’ai mis cela en place.

 

CONSTRUIRE UN JEU DE SOCIÉTÉ PAR LES ÉLÈVES

 

Un groupe d’élèves, Anaèle, Julia et Edith voulaient travailler sur un thème de biologie et plus particulièrement sur le virus Ebola, un sujet d’actualité. Comme il est interdit d’utiliser ce type de matériel biologique en classe, je leur ai proposé de travailler via une méthode  de modélisation différente et novatrice et donc de créer un jeu de société à partir des données scientifiques récoltées.

1ère étape : jouer avec elles

Deux heures de TPE laissent le temps de jouer ! Nous avons donc joué toutes les quatre ! Je leur ai  expliqué le principe du plateau de jeu, présenté les personnages, le rôle de chacun d’entre eux, la contamination etc… et la coopération nécessaire entre les différents joueurs pour essayer d’empêcher la propagation, voire parvenir à l’élimination du virus.

2ème étape : comprendre comment le virus Ebola s’est propagé sur le terrain

A l’aide de recherches scientifiques, de lecture d’articles, de sites web, elles ont suivi l’actualité et construit le scénario de propagation de ce virus et son devenir. Devant ainsi, chaque jour, prendre en compte les nouveaux chiffres et autres informations déterminantes.

3ème étape : modéliser mathématiquement la propagation du virus

A l’aide du collègue de mathématique, elles ont cherché le modèle le plus pertinent pour modéliser/représenter la propagation de ce virus. Elles sont arrivées à la conclusion qu’il était trop compliqué de prendre en considération la multiplicité des facteurs, tous plus aléatoires les uns que les autres. Ce qui a par la suite déçu leur examinateur à l’oral… pas assez de maths !

4ème étape : construire la règle de jeu

Après avoir compris comment ce virus se propage, et l’impact de l’intervention humaine, qu’elle soit bénéfique ou non à l’endiguement de l’épidémie, les 3 élèves  ont pu mettre en place la règle de jeu ébola !

 

5ème étape : construire le jeu de société

  • Un plateau de jeu regroupant les villes où est apparu le virus ainsi que les capitales économiques de plusieurs pays, classées par ordre croissant de risque de contamination :
  • Des personnages
  • Du mobilier
  • Des cartes à jouer: cartes personnages, cartes villes, cartes évènements

  • Une boite complète fabriquée et présentée comme production finale.

Le mot de Julia:

Le TPE est un travail d’équipe devant mener à une production finale. Mais faut-il d’abord trouver un sujet qui puisse nous maintenir motivés et concentrés toutes l’année ! L’actualité reste donc la meilleure option, on doit rester vigilant même en dehors des heures de cours et s’impliquer toujours un peu plus. Le principal avantage est bien entendu l’originalité mais il faut alors aussi faire preuve d’imagination pour fournir une production finale évaluable… En partant sur les thèmes du vivant, on se retrouve vite bloqués par les moyens mis à notre disposition, c’est pourquoi la modélisation requiert parfois plus d’idées novatrices qu’un puissant processeur. Un jeu de société permet de prendre en compte le facteur humain, le plus aléatoire ! Quoi de mieux que de modéliser la propagation d’un virus en faisant participer des Êtres humains aux réactions incontrôlables? Le TPE était un exercice particulièrement intéressant et motivant et la création de ce jeu était quant à elle, épuisante mais galvanisante ! Cela nous a pris énormément de temps mais nous sommes fières du résultat bien qu’il n’ait pas été évalué à sa juste valeur. Il ne faut pas oublier que lorsque l’on sort des clous, on prend le risque de ne pas être compris… Mais cela valait largement la peine pour tout ce que cette expérience nous aura apporté personnellement et c’est bien le plus important et finalement le but du TPE lui-même.

 

J’espère que cette présentation va vous donner envie d’en faire de même !

A vous de jouer !

 

Prochain épisode : comment j’ai fait construire à 3 de mes élèves

un escape-game en TPE !

Article publié le 28 Aout 2017

Rédigé par @vmarquetvienne et Julia, une des 3 élèves, en licence 2 cette année.

Publicités